06/12/2006

ALBUM REVIEW (****1/2) / THE WEST COAST POP ART EXPERIMENTAL BAND - "Part.1" (Reprise 1967), "vol.2: Breaking Through" (Reprise 1967), "vol.3: A Child's Guide to Good and Evil" (Reprise 1968)

"There are few groups as enigmatic, as mysterious or as plain contradictory..." /// The WEST COAST POP ART EXPERIMENTAL BAND voit le jour en 1965 à Beverly Hills autour du leader Bob Markley et des frangins Shaun et Dan Harris. Empreints de l'influence des BEACH BOYS, de ZAPPA, du VELVET, des DOORS et des BEATLES, le groupe va réaliser 6 albums dont trois perles obscures et psychédéliques enregistrées en deux ans, et qui restent aujourd'hui des classiques vénérés par un très petit nombre de dévots. "Part 1" est enregistré en 1967 sous le label angeleno Reprise. WCPAEB y développe un rock à la fois frais et sombre, toujours hétéroclite et complexe: pre-punk garage ("1906"), ballades pop étincellante ("If you want this love"), guitares délicates et écriture accomplie ("Shifting Sands", "Transparent Day"), fausse candeur et percussions sourdes ("I won't Hurt you")... Part 1 intègre le meilleur de la musique des sixties avec espiéglierie et énigmatisme. La même année 1967 sort "Vol.2: Breaking through". Le trio prend en maturité, développe un psych-rock classieux avec un travail sur les guitares d'une qualité rare. Apparaissent des arrangements de cordes, de flutes, de voix en canons sur le sublime "Smell of Incense"; l'effronderie politique sous trip d'acides, sur le martial, hispanisant et saturé "Suppose they Give a War and No One Comes" qui semble curieusement annoncer avant l'heure les DEAD KENNEDYS de "California Über Alles". Et pourquoi pas aussi un CURE avant l'heure avec "Buddha". La face B démarre sur les ambiances americana de l'ambigu "Queen Nymphet" ( You're so young... But when you're older...), l'insouciante mandoline de "Delicate Fawn"... Vient enfin "Tracy Had a Hard Day Sunday": quelles guitares, quelle ryhtnmique mes aïeux! La voix de Markley va droit au coeur "I'm going for a fantastic voyage and nothing's going to bother me... Tracy had a hard day sunday, she has to be herself, and no one else". Un poignant voyage. En 1968 sort "Vol.3: A Child's Guide to Good and Evil". Somptueuse pochette. WCPAEB est tout tout près du génie lyrique des BEACH BOYS sur le refrain du morceau d'ouverture "Eighteen is over the Hill" ("I laugh too much but, rain, the sunshine of the road ahead of me..."). Le bordélisme garage juvénile de "Part.1" s'estompe, pendant qu'on a droit à un florilège de détails maîtrisés (solos de batterie distingués, congos, crécelles et cithares sur "ritual n°1")... L'ambiguité encore dans les lyrics de "Our Drummer Always Plays In The Nude" ("I'm kind but not too gentle... I'm gentle but not too nice..."). Les mélodies se font plus simples et plus douces à mesure que les paroles gagnent en opacité; les ambiances, plus bucoliques, contrastant avec un artwork d'une profonde noirceur. La face B nous plonge à nouveau en plein mysticisme avec le perturbant morceau titre "A child's guide to good and evil", puis "ritual n°2", avant de balancer une perle bluesy sortie de nulle part, "A Child Of A Few Hours Is Burning To Death", le groove apocalyptique du bref "As Kind Of Summer"... et au revoir-merci! WCPAEB, magiciens de la contradiction et des fausses pistes, ont atteint sur vol.3 des sommets de créativité avec lesquels ils renoueront difficilement sur les albums suivants. A découvrir dans l'urgence évidemment... /// Usepart1vol-2vol3

21:50 Écrit par dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.