15/03/2007

Label / BLACK JAZZ RECORDS (posted by Use)

Best_of_Black_Jazz_Records_Various__1485778Non, je ne suis pas mort. Oui, j'ai encore quelques tueries à me mettre sous la dent et à vous servir cassolette. Premièrement, il y a BLACK JAZZ, label afrocentriste tendance "hyper-fâché" des années '70 et ressucité dernièrement via un énorme travail de mise en site. Sortez donc les doigts de votre nez et allez visiter www.blackjazz.com! Le label est également à l'honneur sur le non moins terrible www.groovecollector.com. J'ai passé quelques heures à télécharger des perles sur leur site: des morceaux Jazz Funk de Chester Thompson ("Power House"), The Awakening ("Mirage"), en passant par le Jazz plus roots mais magnifique de Walter Bishop Jr. ("Three Love") et de Gene Russell ("Me & Mrs Jones"), via la fusion psychédélique de Roland Haynes ("Second Wave"), la pré-disco de Cleveland Easton ("All your Lover All Day All Night") en passant par les vocalises vertigineuses de Kellee Patterson ("Maiden Voyage") et de Doug et Jean Carn ("Higher Ground)... ce catalogue est un mine d'or pour les amateurs de musique intègre, spirituelle et engagée. Notons aussi que Soul Jazz Records a sorti une compilation Black Jazz, une sorte de bootleg désavouée par le label mais qui contient quelques très bons morceaux. A vous de vous situer sur le plan éthique. Sachez quand même que si l'un de ces messieurs barbus de Black Jazz vous surprend avec ladite compil pirate dans les pognes, ça risque de faire mal aux seins vu comment y sont vénèrs chan-mé.

01:12 Écrit par dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

j'suis entierement d'accord C'est en fouinant sur le thème "black jazz records" que je viens de tomber sur ce blog, et je me devais de laisser un message de soutien moral et musical. il y a maintenant 2/3 années que je suis repartis de ma médiathèque de proximité avec la compil' black jazz records sous le bras, prise un peu au hasard. En plein dans ma période Hancock / e.henderson / Corea, époque chérie où les coiffeurs étaient au chômage technique et où le jazz rimait avec groove afro et spirituel. J'etais servis. Cette petite compil est restée dans ma chaine un bon moment! je cherche toujours des albums complets d'artistes black jazz, malheurusement trop rares chez nos disquaires. le Higher ground de Doug Carn me fait toujours autant triper.

Écrit par : jim | 03/12/2007

Les commentaires sont fermés.