16/08/2007

ALBUM REVIEW (****) /// NMS "Imperial Letters Of Protection" (Big Dada-2005)

NMSDans la série avant-garde HipHop que Use a réintroduite avec "Lab Waste", les amateurs ouvriront grandes leurs oreilles, les autres achèteront leur lot de boules quies.  Au sommet aujourd'hui, "Nephlim Modulation Systems" (NMS) et le haut-perché "Imperial Letters Of Protection".  Bigg Jus et son furieux compère rasta Orko Eloheim, retirés quelque part dans les faubourgs d'Atlanta, balancent en 2005 sur Big Dada la suite de "Woe To Thee O Land Whose King Is A Child" que je n'ai malheureusement pas encore eu la chance de poser sur ma platine.  Quoi qu'il en soit, l'opus ici mentionné comprend tous les ingrédients de ce que l'on pouvait attendre de l'ex Co-Flow.  Au menu donc, une déflagration de beats futuristes et de lyrics brûlants contre l'administrion Bush et le lavage cérébral opéré par les médias surpuissants, à l'heure où la majorité des peuples est gouvernée pour les profits d'une minorité.  Le constat est sans concession et peut manquer par moments de finesse.  Cependant, leur rage et leur haine dévastatrice à l'égard du libéralisme économique a le mérite de servir une oeuvre prenante et cohérente d'un bout à l'autre.  L'album s'ouvre sur "Chess With The Galaxies" où les propos des deux MC's se dorent de référence à la science-fiction (Le bouclier anti-missiles de Bush n'est pas très loin) sur un kit batterie turbulent.  Ce premier morceau est aussi l'exemple parfait du mariage idéal entre le flow radical, sonique et cataclysmique d'Orko et le phrasé déchirant de Bigg Jus.  Bush Junior n'a ensuite qu'a bien se tenir sur "Evacuate The White House" et ses ambiances post-war et sur "Strike Back" et ses nappes symphoniques soutenues par une rythmique déconstruite qui ferait pâlir les plus avertis.  "Beast Vision" est selon moi la pièce maîtresse de l'album : un sample hallucinnant court en boucle tout le long du morceau et sert de toile de fond à Bigg Jus qui nourrit 5min durant son attaque meurtrière aux conspirations souterraines...Magique !  Digne descendant de Public Enemy, plus inspiré que Dead Prez, Bigg Jus signe depuis la fin de Co-Flow des albums toujours radicaux et à la pointe d'une intelligentsia Hip-Hop.  Je vous reconseille d'ailleurs l'écoute de "Black Mamba Serums" et du "Poor People's Day" chroniqué ici. (Zi.) 

17:29 Écrit par dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Forum bloggeurs.

Écrit par : Forum | 16/08/2007

Les commentaires sont fermés.